rencontres loudeac
annuaire prostituées suisse
rencontres averroès 2013
rencontre st jean sur richelieu Tome 1, Chapitre 7 « Evelion se réveille » mas não tem revolta não eu so quero voce se encontre Tome 1, Chapitre 7
La pluie tombait toujours sur la place centrale d’Astria, évacuant le sang dans les égouts. La vie nocturne tantôt active, s’était éteinte pour laisser place à un spectacle d’horreur. Azuria relâcha toute la pression en elle. Son manteau n’était plus qu’un lambeau de sang et d’eau, enroulé autour de son bras. Lorsqu’elle avait débuté ce combat, jamais elle ne s’était préparée à utiliser le pouvoir que lui avait donné cet être étrange.
    
    Huit ans plus tôt, elle réussit à fuir son village attaqué. Cependant, un soldat la pourchassa et la blessa gravement. Jetée dans la rivière, son corps fut emporté par les flots sans jamais savoir où elle allait se retrouver. Plusieurs heures plus tard, Azuria se réveilla au bord de l’eau, trempée et en état de choc. C’était à ce moment que cet être apparut. Habillé d’un long habit noir recouvrant totalement son corps, il possédait un masque rouge avec un œil en son centre. Ce jour-là, il lui proposa un pacte : son âme et sa vie contre un pouvoir qui lui permettra de se venger. Avec toute la haine qu’elle avait en elle, Azuria accepta aussitôt. Depuis ce jour, elle ne l’avait encore jamais utilisé. Mais cela allait changer.
    
    Elle était debout, face à Nantis, calme et sereine. Sa rage tantôt envahissante s’était dissipée. Nantis était déboussolé, il la regardait avec intérêt.
    
    « Que fais-tu donc ? Tu abandonnes ? »
    
    Elle ne répondit pas.
    
    Azuria réfléchissait. Lorsqu’elle s’était entrainée durement, elle s’était promis de ne pas utiliser ce pouvoir. Cela reviendrait à accepter sa faiblesse. Depuis ce triste jour où tout bascula, elle ne voulait plus être aussi vulnérable et inutile. Il lui fallait quelques instants pour se rendre compte qu’au final, elle ne pouvait pas compter sur sa seule force. Tant pis… Pour elle, l’important était de détruire cet homme corps et âme. Elle tendit la main sur le côté puis dit d’un air sérieux :
    
    « Réveille-toi, Evelion. »
    
    Aussitôt ce nom prononcé, un éclair rouge frappa la jeune femme. Déchainant un torrent d’énergie sur toute la place, Nantis n’eut d’autre choix que de reculer jusqu’à l’estrade de bois. Un vent violent soufflait, envoyant valser les pots de fleurs garnissant les balcons, ainsi que les quelques caisses et tonneaux entreposés le long des murs. Le sol craquait sous la puissance d’Azuria, faisant léviter les gravillons et les pavés brisés.
    
    Nantis admirait la scène les yeux écarquillés. Il n’en revenait pas d’être témoin d’un tel évènement. Cela faisait des années qu’il n’avait pas vu ce genre de pouvoir. Alors que la puissance du vent et de l’énergie tourbillonnants s’intensifiaient, Nantis fit le plein de carte pour se préparer au combat. Un 10 de carreau ainsi que le 9 et valet de pique sortirent.
    
    Brusquement, l’énergie explosa et se libéra dans toutes les ruelles. Nantis se protégea les yeux avec la main pour éviter d’être aveuglé. Enfin, il put voir son adversaire de nouveau.
    
    Azuria avait maintenant des cheveux longs noirs avec des mèches rouges, glissant le long de son corps recouvert d’une armure. Des épaulettes formaient plusieurs piques interdisant toute attaque sur sa nuque, pour finir en un col lui protégeant le cou. L’armure du torse prit la forme d’un débardeur qui mettait en valeur sa poitrine généreuse. Ses bras et ses jambes étaient eux aussi recouverts d’une protection aux nombreux piquants menaçants. Impossible de parer ses coups de pieds au risque de les voir se planter dans la chair de son ennemi. En son dos, Nantis put voir deux grandes ailes aux formes arrondies lui permettant sûrement de voler. Plus terrifiant encore. Un monstre énorme s’était formé à partir du bras d’Azuria, et s’appuyait sur elle.
    
    La tête du monstre ressemblait à celle d’un loup aux multiples dents acérées. Il possédait un nombre d’yeux important réparti sur tout le torse. Il avait une patte sur l’une des épaules d’Azuria. Mais ce qui était étrange, c’est que le monstre émanait de son bras tendu auparavant. Nantis savait ce que c’était…
    
    « Tu as fait un pacte avec le monde noir ?! Et en plus de cela, ils t’ont donnés cette Norii ? cria-t-il de colère. Comment as-tu pu descendre aussi bas, gamine ? »
    
    Azuria ne répondit pas. Elle se sentait encore plus sereine. Maintenant que son pouvoir était libéré, elle se sentait invulnérable. Comme si sa puissance pouvait détruire tout ce qui se trouvait en travers de son chemin. Elle se demandait cependant ce qu’était une Norii ? Jamais elle n’en avait entendu parler…
    
    « Enfin libre… dit la bête d’une voix monstrueuse. Tu en auras mis du temps avant d’utiliser mon pouvoir. »
    
    Azuria ne répondit pas. Elle fixait Nantis d’un regard froid plein d’assurance.
    
    « Promets-moi une chose : laisse-moi le dévorer !
    – Comme tu voudras, » répondit Azuria.
    
    La bête se transforma en énergie pure qui fabriqua une faux gigantesque dans la main de la jeune combattante. La lame courbe brillait d’un éclat rougeâtre menaçant.
    
    « Je crois que je n’ai plus le choix, dit Nantis avec son sourire narquois habituel. Il va falloir que je me batte à fond. »
    
    Il était prêt à utiliser une de ses cartes, mais Azuria ne lui laissa pas le temps. Grâce à ses ailes, elle fondit sur son ennemi à toute vitesse. Le prenant au dépourvu, il n’eut d’autre choix que d’esquiver tous ces assauts. Même si elle n’arrivait pas à le toucher, Nantis avait du mal à éviter tous les coups qu’elle assénait. Azuria alternait entre la lame de sa faux et le pic qui se trouvait à l’autre extrémité. Nantis reculait, de peur de se faire couper en deux. Pour la jeune femme, c’était le début de la victoire. Le sourire qui l’énervait tant s’était complètement effacé pour laisser place à un air de surprise, voire de peur. Son adversaire la craignait.
    
    Cela lui faisait bizarre car elle avait le souvenir d’un entrainement avec cette arme, qui pourtant n’avait jamais existé. Elle se voyait même utiliser certaines attaques magiques qu’elle n’était pas censée connaitre. Pour vérifier si tout était vrai, elle devait tenter l’une d’elle. Lors d’une attaque, elle intensifia son énergie dans sa main gauche, puis frappa vers Nantis. L’énergie canalisée explosa à l’impact de son torse, créant un déluge magique rougeâtre qui envoya Nantis contre l’estrade. Le bois ne résista pas au choc et fut complètement détruit.
    
    Azuria sourit. Cela faisait longtemps que cela ne lui était pas arrivé. Mais elle était tellement sûre de gagner, qu’elle ne put s’en empêcher. Nantis se releva, cette fois-ci énervé. Il frappa la carte Atout 20, sur laquelle se trouvait un dessin de lui-même. Une énergie bleuâtre l’entourait désormais, comme une sorte d’aura.
    
    « On ne joue plus maintenant ! » s’emporta-t-il.
    
    Il envoya ses deux cartes de piques brusquement. Azuria s’envola afin de les éviter. Nantis la regardait, surpris, sans la moindre possibilité de contre-attaque. Il tira trois nouvelles cartes afin de reprendre le combat. Azuria les contempla. Celle-ci était encore différente des autres : il y avait l’atout 10, avec un dessin d’épée ; l’atout 13 avec des petites boules d’énergie dessinées et enfin l’atout 17 avec un dessin d’aile.
    
    Nantis utilisa la dernière immédiatement. Comme elle s’en doutait, des ailes d’énergies apparurent derrière Nantis qui put s’envoler et se mettre face à elle. Les deux ennemies planaient maintenant au-dessus de la ville, avec le vaisseau de l’Ordre au-dessus de leur tête. Azuria entendit plus nettement le bruit des moteurs toujours allumés. La pluie tombait constamment sur les deux combattants flottant dans les airs. Nantis utilisa alors la carte 10, formant de nouveau la même épée dans la main.
    
    Ils s’élancèrent l’un contre l’autre. Au milieu de cette sanglante nuit s’élevait les fracas métalliques des lames qui s’entrechoquaient. A la fenêtre de leur maison, les habitants étaient ébahis devant un spectacle aussi inhabituel qu’incroyable. Jamais ils n’avaient assisté à un combat d’une rare violence. Pour certain, leur foi en l’Ordre de la lumière était en train d’être brisé : ils les pensaient surpuissants et ils avaient peut-être tort.
    
    Aucun des deux adversaires ne réussit à prendre le dessus sur l’autre. Azuria tentait les coups mortels les uns après les autres, pensant que l’un d’eux passerait. Elle pensa alors à une autre technique à utiliser. Se laissant porter un coup qu’elle dû parer, elle en profita pour s’éloigner de Nantis.
    
    « Qu’est-ce que tu fais, hein ? cria celui-ci de colère. Tu abandonnes ? Sale être perfide qui vend son âme ! »
    Comment un homme qui commettait des massacres pouvait proférer de telles choses ? Cette fois, elle avait une idée de stratégie imparable pour en finir. Elle se concentra légèrement, puis son énergie créa une énorme tête de chien monstrueuse. Nantis la regardait les yeux écarquillés, se demandant ce qu’il allait subir cette fois. D’un geste de la main, la gueule s’anima et chercha à manger son adversaire. Nantis se protégea avec sa lame, dans l’espoir de couper cette aberration en deux. La tête plongea vers le sol à toute vitesse. Azuria ne voyait pas vraiment ce qu’il se passait, son attaque lui cachait la vue. Nantis était-il mort écrasé au sol ? Peu importe, elle préparait sa prochaine magie. Elle concentra son énergie dans la lame de sa faux, puis attendit de voir ce qui se passait en bas.
    
    L’énergie rougeâtre qui formait la tête fut déchirée par un pouvoir bleuâtre venant de l’épée de Nantis. Il avait réussi à la couper en deux. Azuria n’attendit pas plus longtemps, elle fendit l’air de sa lame pour envoyer une vague d’énergie rouge sur son adversaire. A la vitesse où elle allait, Nantis n’avait aucune chance d’esquiver.
    
    Une explosion survint à l’impact du sol, déchainant un torrent d’énergie qui balaya les rues de la ville. Azuria put entendre des cris de terreur des habitants venus assister à la scène. L’explosion se dissipa pour laisser place à une grosse fissure dans le sol.
    
    Cependant, la surprise frappa la jeune combattante. Un losange bleuâtre s’éleva dans les airs jusqu’à son niveau. Nantis était à l’intérieur, une entaille était visible entre ses yeux, le sang dégoulinant sur son bel uniforme militaire blanc. Le losange se dissipa. Azuria n’en revint pas, elle ne comprit pas tout de suite ce qui avait bien put se passer. Mais en voyant qu’il manquait la carte de carreau derrière lui, elle comprit alors qu’il s’agissait d’un pouvoir mettant en place un bouclier. Cependant, autre chose la frappa. Il avait refait le plein de carte, et l’une d’elles était inhabituelle : elle n’avait aucune couleur ni aucun numéro.
    
    « Finissons-en, tu veux bien ? » lui dit Nantis d’un air sérieux et calme.
    
    C’était la première fois qu’il arborait un tel visage. Comme s’il était vraiment devenu sérieux dans ce combat. Il frappa alors cette valeur inconnue.
    
    Autour d’eux, une multitude de cartes apparurent. Tous les piques, carreaux, trèfles, cœurs ainsi que les atouts formaient une sphère gigantesque englobant les deux combattants. Azuria regardait de tous les côtés, se demandant ce qui se passait. Elle chercha alors du regard si elle pouvait en sortir. Le stress lui noua le ventre. S’était-elle fait piéger ?
    
    Nantis leva la main en l’air et toutes les cartes se mirent à briller. Azuria reçut plusieurs coups de pression d’air qui l’envoyèrent vers le sol. Lors de sa chute, elle recevait encore un grand nombre de ces attaques, détruisant l’armure qu’elle portait à certains endroits. Ce fut ensuite le tour des cartes de pique, tailladant son corps en divers endroits. Elle sentit sa peau s’ouvrir à différents endroits. Azuria hurla, la douleur était abominable. Sentant ses jours en danger, elle tenta de se redresser, mais une force invisible continua de la propulser vers le sol. Son sang giclait, sortant de toute une multitude de blessures. L’une des cartes lui coupa la jambe, provoquant une douleur insoutenable. Lorsqu’une autre lui coupa la main qui tenait sa faux, elle crut tomber dans les vapes. Le dernier coup de pression était si violent, qui lui brisa quasiment toutes les côtés, sans parler des organes touchés. Elle s’écrasa au sol, qui se brisa sous le poids de son corps propulsé.
    
    Azuria était allongée. Elle n’avait même plus la force de hurler. La douleur la rongeait, incapable de savoir où elle avait mal. Le sang inondait le sol. Avait-elle perdu aussi lamentablement ?
    
    Elle releva légèrement la tête dans un effort surhumain. Nantis atterrit calmement en face d’elle. Azuria leva son bras droit pour attraper la faux qui se trouvait devant son nez, mais vit qu’il lui manquait sa main. Elle avait déjà oublié qu’elle avait été tranchée lors de l’attaque. Le sang dégoulinait de son poignet ouvert. L’odeur du liquide imprégna ses narines. Elle avait la tête qui tournait et ses yeux tentaient de se fermer tout seul. Elle mourrait, lentement mais sûrement.
    
    « Non… Pas comme ça… » se dit-elle dégoutée.
    
    Elle essaya de ramper pour attraper son arme. Mais en voyant un morceau de sa jambe à côté d’elle, elle comprit qu’elle ne pouvait plus rien faire. C’était fini. Elle enragea et hurla. Sa défaite n’était pas due à un manque d’expérience ou de puissance, seulement à un hasard.
    
    Alors que cet homme qu’elle voulait tuer s’approchait d’elle, brandissant sa lame pour en finir, elle tenta d’utiliser ce qui lui restait de puissance. Mais elle n’avait déjà plus rien. Son sang continuait de se répandre au sol, formant une marre dans laquelle elle baignait. Sa vue se troublait. Sa tête tournait de plus en plus fort. C’était la fin. Elle allait rejoindre le monde noir sans avoir vengé sa famille, quelle honte…
    Avant que ses yeux ne se ferment à tout jamais, elle entendit un cri puis un éclair de glace frapper Nantis. Elle ne savait pas ce que c’était et s’en fichait, de toute façon, sa vie allait la quitter.
    
    
***

    
    Attendant tranquillement que ses hommes finissent le travail, Ixelys trainait patiemment dans sa grande salle du trône. Faite d’un carrelage étincelant avec des murs de métal blanc. Malheureusement, l’astre jaunâtre était caché par d’épais nuages noirs, laissant la pluie tomber abondamment dans le jardin qu’il admirait. Sa beauté lui rappelait le monde dans lequel il vivait, mais qu’il voulait changer.
    
    Les mains croisées dans le dos, Ixelys regardait d’un air absent les plantes convenablement entretenues. Il se sentait apaisé de les voir. Impossible pour lui de concevoir une journée sans les contempler tranquillement.
    
    Quelqu’un frappa à la porte. Elle avait une taille démesurée comme le reste de la salle, où seul son trône dominait en son centre.
    
    « Entrez, » dit-il d’un ton sérieux sans se retourner.
    
    La porte s’ouvrit puis des bruits de pas résonnèrent. Ixelys baissa la tête pour vérifier que son uniforme blanc finissant en une robe rigide était présentable, puis se retourna.
    
    L’inconnu n’était autre qu’Oltiir, l’un de ses généraux les plus fiables. Grand, la peau sombre, il portait une robe blanche avec les symboles de chaque élément cousus dessus. Il portait un cache œil suite à un duel perdu dans le passé.
    
    « Monseigneur, dit-il en s’agenouillant. Nantis à rencontrer un problème à Astria. Lors de ses recherches pour débusquer la résistance, il a dû affronter une femme aux cheveux bleus qui l’a blessé. Il a néanmoins réussi à la tuer et à se débarrasser du corps. Cependant, la résistance demeure toujours cachée. »
    
    Ceci devait conclure le rapport puisqu’il s’arrêta. Nantis était vraiment une déception pour Ixelys.
    
    « Dis-lui qu’il a quatre jours pour débusquer la résistance à Astria. Passé ce délai, qu’il aille à Atans pour y placer le troisième sceau.
    – Bien monseigneur, » répondit-il en se relevant.
    
    Mais avant de partir, Ixelys prit une décision :
    
    « Oltiir, appela-t-il.
    – Oui monseigneur ?
    – Une fois le troisième sceau placé, tue-le. Je n’ai pas besoin d’un incapable à mes côtés.
    – Ce sera fait, » répondit simplement Oltiir.
    Celui-ci quitta la pièce et Ixelys abandonna la colère qu’il avait contre Nantis, pour tenter de retrouver sa sérénité habituelle. 

Texte publié par rencontre les herbiers badoo, 16 mai 2017 à 18h15
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
eisenhower et sa rencontre avec des extraterrestres
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous premier message original site rencontre ou vous françois hollande rencontre obama !
site rencontre entre couple maroc
encontre uma loja renner
club rencontre 3eme age Tome 1, Chapitre 7 « Evelion se réveille » monsieur bricolage toulon bon rencontre Tome 1, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
rencontre jeune photographie internationale
site rencontres golf
jeu de rencontre en ligne virtuel
soa van prostituee
sites de rencontres paca
rencontres lièges
rencontre gay jussieu
rencontre fille vilnius
rencontres football ligue 1
sites rencontres polynesie francaise
785 histoires publiées
395 membres inscrits
Notre membre le plus récent est zaz rencontres et racines
LeConteur.fr 2013-2017 Tous droits réservés