rencontre delhi
rencontre avec pain
rencontre homme chicoutimi
meilleur site rencontre tunisie Tome 1, Chapitre 9 « La colère mène à la mort » marine le pen rencontre tariq ramadan Tome 1, Chapitre 9
Le lendemain, après une nuit de sommeil agitée, Azuria se rendit dans le salon. Elle cherchait le moyen de sortir de cette base. Il n’y avait personne encore. Impossible de savoir l'heure qu'il était, il n’y avait ni horloge ni lumière. Au fond de la petite pièce se trouvait une porte qui menait à un escalier en colimaçon. Surement la sortie ! Le couloir était très sombre car seule une bougie placée au niveau de l’escalier émettait une légère lueur orangée. Elle emprunta le couloir de pierres, l’espoir de sortir la remplit de joie. Azuria ne quittait pas la flamme des yeux, la lumière qu’elle dégageait était son guide à travers les ténèbres.
    
     « Tu vas quelque part ? »
     Prise au dépourvue, elle fit brusquement volte-face le cœur battant la chamade. C’était Eis. Il la regardait d’un air grave, adossé contre le mur.
    
     « Tu attendais là ? demanda la jeune femme.
     – Tu ne m’as même pas remarqué… Viens avec moi, dit-il en se redressant.
     – Je t’ai déjà dit que je ne voulais pas !
     – Tu veux m’obliger à me battre ici ? »
    
     Azuria plongea de nouveau son regard vers la flamme de la bougie. Ses espoirs se tarissaient au fond de son être. Quand allait-elle enfin pouvoir sortir ? Elle hésita. Mais rien ne montrait quelle puissance possédait Eis.
    
     « Écoute, je vais t’apprendre à maîtriser ton pouvoir. Et en t’expliquant ce que sont les Novarks et les Noriis, je pense pouvoir te donner le moyen d’obtenir davantage de puissance. Nantis ne sera même plus de taille face à toi. »
    
     Sur ces mots, Azuria se retourna et eut un hoquet de surprise. S’il disait vrai, elle devait en profiter. Elle acquiesça d’un hochement de tête et le suivit avec curiosité jusqu’à la salle d’entrainement.
    
     Une fois sur place, il lui jeta une épée en bois parmi celles qui étaient soigneusement rangées sur une table. Pour sa part, il prit le même bâton avec lequel il l’avait frappée tantôt.
    
     « Bien, je vais t’apprendre à contrôler ta colère, lui dit-il en se mettant en position.
     – Quoi ? Je croyais que vous alliez m’apprendre à maitriser mon pouvoir ?
     – Commençons par le commencement.
     – Mais je croyais que… »
    
     Elle ne put terminer sa phrase, Eis fondit sur elle le regard menaçant et attaqua. Azuria para plusieurs de ses coups avant de se prendre le bâton dans la jambe droite. La douleur fut moins forte que la dernière fois, mais cela ne l’empêcha pas de vaciller. Elle se frotta le mollet puis se remit en position.
    
     « Tu es distraite, concentre-toi. Tu ne vas pas te laisser faire humilier comme lors de ton combat précédent ? Tu veux rester faible ? »
    
     Azuria s’énerva. Elle ne voulait pas entendre qu’elle était si nulle que ça, et elle allait lui prouver. Elle attaqua de front, sans réfléchir, tentant d’asséner un coup puissant à son adversaire. Sans faire attention, elle laissa échapper une faille. Eis s’accroupit, et en tournant sur lui-même, il lui fit un croche-patte. Azuria ne l’évita pas et tomba de tout son poids.
    
     La respiration saccadée, elle tentait de reprendre son souffle en restant à terre. Le peu de coups échangé avait réussi à la faire transpirer. Après tant de sommeil et de repos, ses muscles encore engourdis avaient du mal à se faire à un nouveau combat aussi sérieux.
    
     « Tu vas rester à terre longtemps ? Si tu cherches Nantis, il n’est pas au sol. Franchement, tu pensais affronter l’ordre alors que tu ne ferais pas de mal à une mouche ?
     – La ferme… dit-elle en se relevant, rouge de colère.
     – Qui t’a entrainé ? Il aurait pu faire un meilleur boulot, à moins qu’il fût encore plus nul que toi ? »
    
     Azuria s’énerva encore plus. Kenji avait tellement sacrifié de son temps pour l’entrainer, qu’elle refusait qu’on insulte son maître. Hurlant toute sa rage, elle fondit sur Eis en tentant des coups mortels. Encore plus rapide qu’avant, le combattant réussit à repousser son attaque et à lui frapper le ventre avec tellement de force, qu’elle tomba à genoux, le souffle coupé. Sa fierté fut brisée par le coup qu’elle venait de subir. Se sentant faible, elle enrageait encore plus.
    
     Penelia arriva en trombe dans la salle, paniquée.
    
     « Chéri, mais, qu’est-ce que tu fais ? s’empressa-t-elle de demander à Eis.
     – Ne t’inquiète pas, je l’endurcis, » répondit Eis en s’approchant d’Azuria.
    
     Toujours les mains sur son ventre, la jeune femme tenta de reprendre son souffle malgré une douleur atroce. Il la tira par les cheveux pour la redresser. Azuria laissa échapper un cri de souffrance.
    
     « Il va falloir que tu arrêtes de te mettre en colère pour un rien. Je ne sais pas ce que tu as vécu, et j’en ai rien à foutre. Par contre, si tu veux devenir plus forte, il va falloir te maitriser un peu plus que ça. »
    
     L’entrainement était fini. Eis la laissa tomber avant de sortir de la salle en lâchant son arme. Azuria s’en voulait. Tous les propos d’Eis n’étaient là que pour la pousser à cran. Cela avait marché à perfection. Encore une fois, elle avait laissé sa colère la dominer et elle avait perdu le combat.
    
     Azuria se détendit dans sa chambre. L’esprit tiraillé par sa défaite et son impuissance, elle ne cessa de ruminer. Une fois qu’elle fut reposée, elle passa la journée à se battre contre Eis. Il continuait de la provoquer encore et encore, de plus en plus violemment. Les premières heures, la rage continuait de lui monter jusqu’au nez puis finissait par la dominer. Ce fut vers la fin de la journée qu’elle arriva à soumettre sa colère alors qu’il insultait Kenji à nouveau. Elle décida de rester calme, de respirer un bon coup pour tout évacuer, et réussit à battre Eis.
    
     « Très bien ! dit-il content d’avoir pu l’aider. Bon, si on passait au salon, boire un verre ? » dit-il avec le sourire.
    
     Elle ne l’avait pas beaucoup vu sourire jusque-là, mais elle était contente d’avoir réussi.
    
     « Ça ne te dérange pas si je passe à la douche avant ?
     – Non, vas-y. Je vais faire de même. »
    
     Azuria fila prendre une douche, puis retourna au salon et s’assit à la table d’Eis. Il lui avait servi un jus de fruit pendant qu’il buvait une bière.
    
     « Je ne suis pas une gamine, tu sais… En plus je suis majeur, dit-elle en repoussant le verre.
     – Je dois comprendre que tu veux une bière aussi ? »
    
     Elle lui sourit et hocha la tête. Il ria puis alla la servir. Sur la gauche de la salle se trouvait un mini bar avec un frigo. Il fouilla dedans et lui ramena sa boisson.
    
     Azuria l’ouvrit en vitesse et prit plaisir à déguster ce breuvage de houblon. Sa fraicheur la revitalisa complètement.
    
     « Azuria, interpella Eis.
     – Quoi ? demanda la jeune femme, curieuse de savoir ce qui allait suivre.
     – Pourquoi tu pourchasses cet homme ? »
    
     Les sourires avaient disparu. Eis arborait un visage sérieux et à la fois triste. Azuria hésita. Elle ne voulait pas étaler toute sa vie devant quelqu’un qu’elle ne connaissait à peine. Mais il l’avait sauvé, et entrainé de telles sortes à la rendre plus forte. Lui devait-elle la vérité ? Ses mains se mirent à trembler, elle avait peur de tout raconter, de faire remonter des souvenirs douloureux. Eis plaça la main sur son bras.
    
     « Écoute, je vois bien que ton passé doit être très sombre… je ne t’oblige pas à me répondre. Si tu ne veux pas en parler, nous en resterons là. »
    
     Il était sincère, elle le sentait. Elle soupira, puis se lança avec hésitation. Sans omettre le moindre détail, la jeune femme narra tout ce qui lui était arrivé, puis passa directement jusqu’à l’entrainement subit avec Kenji. Eis ne dit rien, il la laissa parler et l’écoutait attentivement. Le meurtre de ses parents était difficile à raconter, elle ne put s’empêcher de verser quelques larmes. Il posa sa main sur son bras pour tenter de la calmer, de la rassurer. Cela fonctionnait, Azuria se sentait apaisé en sa compagnie. Une fois qu’elle eut fini son histoire, un lourd silence inonda la pièce. Eis le brisa :
    
     « Je comprends mieux toute cette colère… dit-il à voix basse. Je suis désolé pour tout ce qui t’est arrivé… »
    
     Azuria vit les yeux bleu saphir d’Eis humide. Il ressentait la même tristesse qu’elle après une histoire si émouvante. Finalement, cela lui avait fait du bien de vider tout ce qu’elle avait dans le cœur.
    
     « Donc cet être du monde noir t’a donné un pouvoir ? Je suppose que c’est celui que tu as utilisé.
     – Oui… C’est ça une Norii alors ?
     – En fait, les Noriis sont des armes qui disposent d’une âme propre. Comme tu as pu le voir, elles sont d’une puissance vraiment incroyable. »
    
     En parlant d’âme propre, Azuria ne put s’empêcher de se souvenir de cette espèce de monstre aux multiples yeux. Etait-ce l’âme de cette faux ?
    
     « Quelle a été la contrepartie de ce prêt ? demanda Eis.
     – Une fois ma vingtième année terminée, ou si je pense ma vengeance accomplie, cet être reviendra pour m’emmener dans le monde noir. En gros, je disparaitrais à jamais… »
    
     Eis détourna le regard, triste pour elle. Puis, il lui donna un peu d’espoir :
     « Écoute, j’ai peut-être une piste qui pourrait te sauver.
     – Comment ça ? s’étonna Azuria.
     – Tu connais la ville de Felys ? Il y a un sage qui vit là-bas et qui connait beaucoup les histoires sur le monde noir et le monde lumineux.
     – C’est quoi ces mondes ? » demanda-t-elle sans rien comprendre.
    
     Eis la regarda les yeux écarquillés.
    
     « Tu ne connais pas tout ça ? C’est pourtant appris aux… non, laisse tomber, oublie. Pour résumer, il y des années des magiciens adepte de la matérialisation ont utilisés leur pouvoir pour créer deux autres mondes : le monde noir et le monde lumineux. Je ne connais pas vraiment leurs origines, ni comment tout cela fonctionne… Normalement chaque habitant des mondes ne peut pas traverser… Mais tu fais partie des exceptions, et tu n’es pas la première.
     – je vois… Ce sage en saura plus, c’est ça ?
     – Oui, bien plus. Je peux t’emmener le voir si tu veux ?
     – Écoute… Franchement j’aimerais bien, mais je veux d’abord en finir avec Nantis. Il ne me reste pas longtemps à vivre. Je suis déjà à ma vingtième année, alors je dois le tuer avant qu’elle se termine ! Tu m’as parlé d’un moyen de me rendre plus forte ? Tu peux m’expliquer ? » demanda-t-elle sérieusement.
    
     Eis se raidit. Azuria était toujours motivée par son désir de vengeance. Il soupira de résignation et poursuivit :
     « Ok, occupons-nous de te rendre plus forte alors. Je pense que ton pouvoir de matérialisation n’est pas optimum.
     – Comment ça ?
     – Nous allons faire des tests demain. Je pense que tu peux matérialiser plus d’armes et si tu pouvais te faire un arsenal de Novarks, ça serait pas mal.
     – Les Novarks ?
     – Tu vois l’arme que possède Dex au bras ? C’en est une. Ce sont des armes spécifiques où l’on peut insérer des petits prismes de cristal, que l’on appelle des Prisms d’ailleurs, et qui leur donnent des propriétés. »
    
     Maintenant qu’elle y pensait, Dex avait utilisé une force démentielle face au Temehorth.
    
     « Dex l’a utilisé et ça lui a permis de mettre des coups d’une puissance inhumaine.
     – Je pense qu’il a inséré un Prism de force.
     – De force ? Il en existe beaucoup des Novarks et des Prisms ?
     – Oui, en gros tu insères le Prism et ça décuple la puissance physique du porteur. Pour les Novarks, il y en a quelques une. La chose à faire serait de t’en faire forger une. Je peux t’emmener voir le forgeron légendaire qui s’en occupe. »
    
     Azuria fut surprise.
    
     « Sérieusement ?! Je veux bien ! » s’exclama-t-elle.
    
     Eis lui fit signe de se calmer avec le sourire.
    
     « Demain, on passe un dernier entrainement et ensuite nous irons voir le forgeron. Après un temps de réflexion, la jeune femme demanda avec méfiance :
     – Pourquoi tu m’aides ? »
    
     Même si elle était prête à accepter son assistance, elle trouvait ça louche. Cet homme devait avoir de sérieuse motivation pour lâcher la résistance et l’aider. Eis soupira et se cala dans son fauteuil. Au vu du regard qu’il arborait, il ne s’attendait pas à être démasqué si vite.
    
     « En toute honnêteté, ton pouvoir pourrait nous être utile pour renverser l’Ordre de la lumière. Je sais ce que tu vas dire, coupa-t-il alors qu’Azuria ouvrit la bouche, mais laisse-moi espérer que tu changeras d’avis. Nous en avons besoin… »
    
     Azuria ne répondit pas. Elle se sentit mal au fond d’elle car elle n’y comptait pas. Mais plutôt que d’effacer tout espoir à ce résistant, elle préféra se taire. Elle se leva, le remercia avec sincérité pour tout ce qu’il fait, et alla se coucher. Demain sera son dernier entrainement…
    
    
     De bon matin, Azuria et Eis étaient déjà dans la salle d’entrainement. Le résistant lui donna plusieurs armes en bois.
    
     « Dématérialise-les toutes, » ordonna-t-il.
    
     Azuria s’exécuta.
    
     « Maintenant, fais en apparaitre une dans chaque main. »
    
     La jeune femme se demandait si elle en était capable. Jamais elle n’avait essayé. Elle se concentra de toutes ses forces, imaginant faire apparaitre son katana et une épée en bois dans chacune de ses mains. Une énergie bleutée émana de son corps, tourbillonnant entre ses bras. Après un peu de concentration, elle arriva à faire apparaître les deux armes. Azuria sourit, fière d’avoir réussi un tel prodige.
    
     « Maintenant, tu vas les lancer sur les mannequins qui sont là-bas, dit-il en désignant des hommes en paille, et tu vas en faire réapparaître d’autres à la chaine. »
    
     Azuria concentra de nouveau son énergie. Elle lança le katana en premier, qui se figea dans la tête du mannequin, puis l’épée en bois qui le frappa. Une fois faite, elle fit apparaître deux bâtons de bois à la suite et les jeta aussi. Dans le même temps, elle fit disparaitre le katana pour le récupérer à nouveau. Elle n’avait jamais pensé à utiliser son pouvoir de cette façon. Dématérialisant son épée, elle remercia de tout cœur Eis pour lui avoir appris cette façon de se battre.
    
     « Bon, allons voir ce forgeron maintenant ! dit-elle, déterminée à continuer.
    
     Eis hocha la tête. Lui aussi était prêt à l’accompagner voir le forgeron légendaire. Encore une fois, il lui dit qu’ils prendront la route jusqu’à Felys pour ensuite s’y rendre. Elle aurait voulu protester, mais avec tout ce qu’il avait fait pour lui elle préféra s'abstenir. Eis fit ses adieux à sa femme, puis ils se mirent en route. 

Texte publié par rencontre gratuite sur le web, 30 mai 2017 à 18h12
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
un mois de rencontre
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous rencontre xv france 2 rediffusion ou vous ou rencontrer des filles bien !
taipei prostitute prices
sexe thionville
rencontres pel de brest Tome 1, Chapitre 9 « La colère mène à la mort » comment rencontrer un mec serieux Tome 1, Chapitre 9
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
gta tbogt prostituées
station shell bon rencontre
rencontres velizy
lanveoc rencontres
prostituée vih
rencontre fes maroc
prostituée vannes
rencontres entre hommes seniors
club rencontre seniors bruxelles
meilleur site de rencontre internet
785 histoires publiées
395 membres inscrits
Notre membre le plus récent est prostituées immunisées contre sida
LeConteur.fr 2013-2017 Tous droits réservés